Méthodes et outils

Créer une entreprise n’est pas que le début d’une aventure, c’est aussi souvent l’aboutissement d’une longue réflexion. En effet, créer, oui mais quoi ? Il faut, au préalable avoir une idée de produits ou de prestations et cette idée une fois réalisée doit vous permettre d’en vivre.

Alors, quelle idée ? Comment la trouver ? Comment la concrétiser dans un projet d’entreprise ?

Tout d’abord il faut arrêter avec le mythe de l’idée géniale qui arrive un jour par hasard et fera de vous un milliardaire. Tout le monde ne va pas inventer Google.

C’est de vous, de vos compétences, vos expériences, vos passions que va jaillir la fameuse idée ou plutôt le projet de création.

Avant la création : comment trouver l’idée ou le projet ?

 

Pensez au bilan de compétence ! (lien ???) cela peut vous permettra d’avoir un recul sur votre expérience et de recenser vos compétences professionnels et aptitudes personnelles et également de repérer les besoins en formation ou en appui dans le cadre de votre projet.

 

A noter : L’adéquation entre la personne et son projet est un atout dans la création d’entreprise. Il faut un fil rouge dans votre projet de création : quelque chose qui vous relie au projet (expérience et métier bien sûr mais parfois aussi le projet peut s’inscrire dans le cadre d’un hobby ou de la pratique d’un sport par exemple).

 

Connaitre le domaine d’activité, le métier dans lequel vous allez créer va vous faire gagner du temps :

  • Vous connaissez l’environnement et les acteurs,
  • Vous maitrisez le savoir-faire technique,
  • Vous avez le réseau et le carnet d’adresse
  • Vous pourrez vérifier plus facilement si l’idée ou le projet est réaliste.

 

Et pensez aussi à la reprise d’entreprise. Des réseaux existent pour vous aider dans votre projet de reprise.

https://bpifrance-creation.fr/encyclopedie/se-faire-accompagner/reseaux-professionnels-laccompagnement/reseau-transmettre

La méthodologie de création

 

De l’idée au projet

 

  1. Soyez curieux !

Restez ouvert à tout ce qui est en relation avec vos centres d’intérêt, fréquentez les salons professionnels, repérez les innovations et nouveaux produits qui y sont présentés. Surfez sur le web et lisez les revues professionnelles. Collectez des informations même si à ce stade vous ne savez pas exactement ce que vous cherchez.

Faites partie de réseaux professionnels.

Les plateformes de crowfunding sont des mines d’or d’informations.

Vous pouvez aussi vous inspirer de produits et services existants à l’étranger mais pas encore présents en France. Cependant il faut être vigilant car les différences culturelles ou les habitudes de consommation peuvent être un obstacle à la réussite de projets faisant fureur ailleurs. Là encore ce sera votre étude de marché qui viendra confirmer ou infirmer l’idée.

 

  1. Repérez ce qui peut être amélioré ou simplifié

Beaucoup de projets de création d’entreprise sont parties d’une simple observation (par exemple l’idée des caddies à pièces pour éviter que les caddies soient laissés n’importe où sur un parking).

 

  1. Que savez-vous faire ? Quels sont vos domaines d’excellence ? Quels sont vos talents ?

Au niveau professionnel mais aussi dans vos loisirs dans quels domaines excellez-vous ? Que disent les autres de vous ? L’idée de création est peut- être plus proche que vous le pensez !

 

  1. En quoi internet peut vous permettre de réinventer certains métiers ou activités ?

Par exemple les plateformes immobilières en mettant en relation directe les acheteurs et les vendeurs, transforment le concept d’agence immobilière.

 

J’ai trouvé l’idée et maintenant ?

Je fais l’étude du marché et de la concurrence et surtout je me fais accompagner !

 

Il est parfois nécessaire d’avoir un appui en méthodologie et outils afin de gagner du temps et de sécuriser son projet donc la première chose à faire est de se faire accompagner et de faire si besoin un certain nombre de formations (mettre lien)

La première étape est de valider et d’affiner son idée afin de la transformer en projet de création d’entreprise ou de l’abandonner ! En effet, il faut rester réaliste et ne pas s’enferrer dans un projet qui ne mènera à rien.

Il faut assez rapidement formaliser les grandes lignes du projet donc du produit ou du service :

  • Décrire le projet ou le service : technicité, caractéristiques, fonctionnalités…
  • Rechercher l’information existante.
  • Tester l’idée auprès d’autres personnes…

Il s’agit donc de valider votre idée, la méthode classique est de réaliser une étude de marché.

C’est quoi une étude de marché ? Il s’agit de se renseigner sur le marché dans lequel votre produit ou service va s’inscrire.

S’agit-il d’un marché déjà existant ? Quels sont ses caractéristiques ? Comment évolue-t-il ? quelle réglementation ? Qui sont les acteurs ?

Il s’agit de déterminer également quelles sont les cibles (les clients potentiels) et leurs caractéristiques :

  • Qui sont-ils ? Catégories sociaux-professionnelles, âges, zones géographiques, revenus… Ou si ce sont des entreprises quel secteur ? Quelle taille ?
  • Que veulent-ils ? Quels sont leurs besoins ? Pourquoi achètent-ils ? Quel prix est acceptable pour eux ?
  • Le besoin existe-t-il ou faut-il créer le besoin ? (projet ou produit innovant).

 

Lors de cette étude de marché il est très important d’effectuer une étude sérieuse de la concurrence :

  • La concurrence existe-elle ? Sinon pourquoi ? (et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle !) cela peut vouloir dire que le marché n’est pas solvable par exemple ou que le produit ou service ne correspond pas vraiment à un besoin ou une attente.
  • Il faut connaitre vos concurrents ! Ce qu’ils proposent et à quel prix. Ce qu’ils font bien et là où ils sont déficients. Il faudra pouvoir apporter une plus-value par rapport à leurs offres par exemple le service après-vente etc…
  • Au passage il faut examiner leur gamme de prix et les conditions de vente et de paiement.

 

 

Je fais mon prévisionnel financier

 

Une fois l’étude de marché finie vous avez une idée plus précise du volume possible de ventes et de votre gamme tarifaire. Il est donc temps de prendre votre calculette (ou plutôt votre tableur excel).

Voici un modèle de dossier financier (faire lien ) déjà présent dans liens utiles à financement

Plan financier Excel : exemple prévisionnel WikiCréa (creerentreprise.fr)

Il faut présenter le modèle économique de votre entreprise.

Ce sont vos prévisions commerciales qui vont fournir le montant de votre chiffre d’affaires.

Il faudra également lister l’ensemble de vos charges fixes (c’est-à-dire qui reviennent régulièrement) et variables et ce afin de faire le compte de résultat prévisionnel (produits HT- charges HT) qui donnera une photographie prévisionnelle sur l’activité prévisionnelle de votre entreprise.

Si vous êtes déjà dans la CAE vous avez déjà accès à ce tableau concernant votre activité.

Le plan de financement comprend les besoins c’est-à-dire le coût du projet d’entreprise et les ressources mobilisés pour lancer son activité.

Il faut également faire le plan de trésorerie c’est-à-dire le tableau des encaissements décaissements mois par mois pendant la première année d’activité.

Le plan de trésorerie dans un projet de création d’entreprise | Bpifrance Création (bpifrance-creation.fr)

Mettre ce lien dans la liste des liens utiles

NB : pour tester son activité en CAE, il est surtout nécessaire d’avoir une idée des tarifs et des volumes de ventes et surtout d’avoir des clients ! La nécessité de faire un dossier complet est moins urgente car la CAE permet justement de tester en grandeur nature et donc d’aller au-delà du prévisionnel en commençant l’activité.

Je peux formaliser mon business plan ou plan d’affaires

 

Le business plan est un peu le sésame de la création d’entreprise surtout si vous voulez trouver du financement (faire un lien)

Le business plan a globalement quatre parties :

  • Votre présentation et éventuellement celle de l’équipe et ce qui vous a amené à ce projet (le fil rouge…)
  • La présentation du produit ou du service et en quoi cela correspond à un besoin identifié. Et nous retrouvons l’étude du marché et de la concurrence
  • Le prévisionnel financier
  • Le plan de communication et de développement.

Je choisis mon statut

 

Le choix du statut est la cerise sur le gâteau donc inutile de démarrer par cela !

Les enjeux ne sont pas les mêmes suivant que vous créez seul ou à plusieurs. Si vous créez à plusieurs, attention à la rédaction de vos statuts ! Les statuts sont le contrat qui va régir la vie juridique et institutionnelle de la société et les relations entre les associés. Il s’agit de répartir les pouvoirs entre les instances et entre les associés et de travailler à des scenarios catastrophes afin d’anticiper toutes les situations de crise.

Et oui ! Au début tout est merveilleux et tout le monde s’entend bien mais savez-vous qu’une part importante des échecs d’entreprise est due à une mauvaise entente entre associés ?

Donc soyez vigilants et faites vous aider. Si vous voulez créer une coopérative les Unions Régionales des SCOP sont là pour vous accompagner :

Les Scop – Sociétés coopératives (les-scop.coop)

 

Sinon il existe beaucoup d’informations sur les différents types de statuts

Tableau comparatif des statuts juridiques (lecoindesentrepreneurs.fr)

 

Vous pouvez également choisir de faire héberger votre activité dans une CAE (lien dans glossaire) ou dans une couveuse d’entreprises. Cela vous permettra de tester en grandeur nature et de vous concentrer sur votre projet d’entreprise, la CAE prenant en charge la partie pénible de la création d’entreprise (comptabilité, relations avec les administrations…)

Les CAE – Coopératives d’activité et d’emploi (les-scop.coop)

Je m’immatricule

 

Les greffes des tribunaux de commerces vous permettent de vous immatriculer en ligne.

Formalités entreprise : immatriculation entreprise, société – Infogreffe

Actuellement il existe toujours des Centres de Formalités des Entreprises (CFE) ils seront amenés à disparaitre au profit de la plateforme numérique).

Votre CFE dépend de la nature de votre activité (commerciale, artisanale, agricole ou libérale), du statut juridique et du lieu retenus pour l’exercice de cette activité. Chaque CFE est compétent à l’égard des entreprises de son ressort.

Il existe aujourd’hui 7 réseaux de CFE gérés par les Chambres de commerce et d’industrie (CCI), les chambres des métiers et de l’artisanat (CMA), les Greffes des tribunaux de commerce, la Chambre nationale de la batellerie artisanale (CNBA), les URSSAF, les Chambres d’artisanat (CA).

À quel centre de formalités des entreprises (CFE) devez-vous vous adresser ? | economie.gouv.fr